L’HERBE, LE MAIRE ET LA CROISSANCE VERTE

Que les inconditionnels d’Éric Rohmer ne me tiennent pas rigueur de la liberté que j’ai prise avec le titre de l’un de ses films pour en faire celui de cet article1. Dans le rôle de l’herbe, l’agriculture locale. Dans celui du maire : un maire, celui d’une commune de l’agglo de Tulle, agriculteur de son état, au seuil de la retraite. Dans le rôle du maire, encore : l’agglo de Brive. Enfin, dans le rôle de la croissance verte, Engie Green, mais ce pourrait être n’importe quel investisseur dans l’énergie dite décarbonée.

On n’a jamais tant parlé d’autonomie alimentaire de la population, de consommation – et de bétonisation – des terres agricoles – et de la nécessité d’agir pour installer de nouveaux agriculteurs alors que la moyenne d’âge des exploitants (selon la terminologie officielle) est voisine de 55 ans. Mais quand 26 ha de panneaux photovoltaïques doivent « couvrir les besoins de 12 400 personnes » en électricité, selon le quotidien La Montagne qui relaie la communication dEngie, alors l’autonomie alimentaire et les nouveaux agriculteurs n’ont qu’à s’incliner.

Car une trentaine d’hectares de maïs, de prairie et de légumes pèsent peu dans la balance des profits face aux 25 MégaWatts de la future centrale solaire de l’Étang Bertrand, à Saint-Pardoux l’Ortigier. Quelques chiffres pour s’en convaincre : la terre agricole se vend en Corrèze autour de 5 000 € l’hectare. L’agglo de Brive acquiert les 35 hectares du site pour plus de 680 000 €, près de 20 000 € l’hectare, soit 4 fois plus que le prix de la terre agricole. Il faut dire que cet ensemble foncier était classé urbanisable depuis 2010, dans l’attente de création d’une zone d’activités qui n’a pas vu le jour. Cette surface était, jusqu’à aujourd’hui, restée exploitée par plusieurs agriculteurs de Saint-Pardoux l’Ortigier, Vigeois et Chanteix. Engie Green paiera un loyer de 5 000 € par hectare et par an à l’agglo de Brive. Sauf erreur, cela représente 175 000 € par an pour l’ensemble. L’agglo de Brive couvrira en moins de 4 ans son investissement, sans compter les recettes fiscales inhérentes. Mais sans doute aura-t-elle à sa charge des investissements en infrastructures, car il faut bien concéder quelques efforts financiers pour installer des entreprises, quand bien même celles-ci ne créent pas d’emplois locaux.

Ça, c’est pour l’implantation du parc photovoltaïque. Côté agriculteurs, principaux propriétaires du foncier, l’affaire n’est pas moins sympathique. À l’achat, il faut ajouter des compensations économiques prévues par la loi. Sur la forme, rien à dire. Mais voilà. L’un des intéressés n’est autre que Jean Mouzat, maire de la commune voisine de Chanteix, qui exploite plus de 200 hectares. Se séparer de 9 hectares (près de 8 hectares de surface agricole en terres labourables) dans les conditions énoncées précédemment, ça met du beurre dans les épinards au moment de la retraite. Là encore, rien à dire. Sauf que quand on a toute sa vie plaider pour l’exploitation familiale, l’agriculture rémunératrice, solidaire, durable et responsable, comme le proclame le MODEF, syndicat dont il a été plusieurs années le président national, il y a comme un hiatus. Ironie de l’histoire, la Coordination rurale de la Corrèze, autre syndicat agricole, du genre opportuniste, qui se présente comme apolitique et responsable mais qui n’est pas franchement décidé à changer le modèle productiviste dominant, s’est fait le malin plaisir d’épingler Jean Mouzat en le mettant face à ses contradictions. Toujours est-il que, malgré la doctrine dictée par la Direction Départementale des Territoires, reprise par la Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF), selon laquelle tout projet d’implantation photovoltaïque au sol sur terres agricoles est à proscrire, la profession agricole à travers la Chambre d’agriculture (qui siège en CDPENAF), ne trouve rien à redire sur le projet agglo de Brive/Engie . Ah, oui ! Depuis une dizaine d’années, sur le papier (Plan local d’urbanisme), ces 35 hectares n’étaient déjà plus voués à l’agriculture. Alors, faute d’entreprises, pourquoi pas des panneaux photovoltaïques !

Et puis, consolation, Engie Green fera entretenir le terrain par des ovins. Éleveurs de moutons, faites-vous connaître si vous voulez contractualiser avec Engie : pas de location pour vous. C’est Engie qui vous paiera la prestation.

La croissance verte : tout le monde en profite…

Blanche Neige

1 : L’arbre, le maire et la médiathèque

Essayer encore

Photographie du Monument du colonel Germain à Brive-la-Gaillarde

Ces statues qui blessent l’œil

Au printemps 2020, suite à la mort de George Floyd, le mouvement Black Lives Matter …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.