Au menu : le syndrome prémenstruel

Topo

On connaît toutes différents signes désagréables avant d’avoir nos règles ou à l’ovulation.
La palette des désagréments est vaste : nos seins sont durs, douloureux, on se gorge d’eau façon éponge marine, on se sent sans énergie, Georges nous tape sur les nerfs (y faut croire qu’il est particulièrement con et égoïste une fois par mois), on fait de l’herpès, on déprime, des boutons refont surface alors que merde, ça fait quand même quelques années qu’on pensait en avoir fini avec la puberté, on a mal au dos, au crâne, au ventre…
J’arrête là la liste (non exhaustive) de nos misères cycliques ; vous vous reconnaissez ? Alors lisez ce qui suit, si ça peut vous soulager, faut pas se priver.

Quant à la pilule contraceptive que de nombreux praticiens recommandent pour pallier à tous ces symptômes en même temps, à part régulariser vos cycles,elle ne fera pas de miracles.
Voilà donc quelques conseils simples à mettre en œuvre qu’il vous revient de tester, trier, adopter ou rejeter à votre gré.

Que faire ?

L’alimentation peut jouer un rôle important : commencez par diminuer le sel et boire beaucoup d’eau. Privilégiez les raisins, bananes, pommes de terre, choux, poires et amandes pour leur contenu en potassium.
Intégrez à votre menu légumes verts, jaune d’oeuf, levure pour la vitamine B6.
Augmentez votre consommation de vitamine A, surtout dans le cas de seins douloureux. (on la trouve dans la carotte, oignon, ail, épinard, navet, lentilles, abricot, citron, huiles végétales…)

Si on a des règles douloureuses, on peut obtenir un soulagement immédiat en appliquant un gant de toilette chaud sur le ventre et une bouillotte par-dessus pendant une vingtaine de minutes. (la bouillotte chaude seule est moins efficace ; elle produit de la chaleur sèche et nous, ce qu’on veut, c’est de la chaleur humide).

Côté homéopathie, CUPRUM 9CH → 20 gouttes (flacon 30 ml) est un remède de base. Si vous sentez une sorte d’amélioration quand vous êtes pliée en deux, alors il vaut mieux COLOCYNTHIS 9CH → 20 gouttes (flacon 30 ml).

Des tisanes, à combiner, en infusion : marjolaine (3 tasses par jour), aspérule (3 à 4 tasses par jour), baies de genièvre (1 cuillère à café par tasse, 3 tasses par jour).

Pour finir, pensez aux teintures ! On n’a pas souvent le réflexe et pourtant elles peuvent être vraiment efficaces non seulement pour soulager un bon paquet de ces symptômes, mais aussi pour régulariser le cycle et rétablir l’équilibre hormonal perturbé par la ménopause ou les contraceptifs oraux. On en trouvera en magasin bio, ou on peut en commander en pharmacie.
→ Teintures de framboisier, de réglisse et d’églantier : prendre 5 à 10 gouttes de chaque herbe 2 à 3 fois par jour. Le traitement doit durer 6 semaines.

Voilà les filles ; et n’oubliez pas, ni dieu, nichons !

par Sousou

Essayer encore

Au menu : nettoyage de printemps du plancher pelvien au plafond utérin…

Topo On sait bien qu’aucune d’entre nous n’est une véritable passionata du ménage, chères amies …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.