Au menu : si on se passait de soutien-gorge ?

Topo

Et si au lieu de libérer les majorettes ou les nains de jardin, on s’occupait un peu de nos roploplos ? Laissez-moi anticiper vos craintes : vous craignez la gravité terrestre et leur transformation façon gants de toilette, vous faites du sport et ça ballotte inévitablement, vous êtes pudique et dès qu’il fait froid vous êtes toute en tétons, vos seins sont trop gros, trop petits… j’arrête là.

Vous êtes-vous déjà demandé depuis quand les femmes portent des soutien-gorge ? Si on fouille un peu, on en trouve les premières traces à l’Antiquité, sous la forme d’un bandeau destiné à modeler la silhouette, la mode étant alors aux petits seins et à l’androgynie. Plus tard, toujours pour modeler la silhouette, on le retrouve associé au corset, summum de l’inconfort donc, le but, vous l’aurez compris, n’étant pas à la fonctionnalité mais à une norme esthétique, fluctuant selon les époques.

Il faudra attendre les années 70 pour avoir un semblant de considération pour les demandes de confort des femmes, les concepteurs étant jusque-là presque exclusivement préoccupés par le côté érotico-sexy de l’affaire.

Par où commencer ?

De plus en plus de femmes reprennent leurs roberts en mains et refusent le diktat sociétal selon lequel une poitrine non soutenue est une poitrine vouée à tomber. On a toutes en tête les seins tombants de certaines femmes africaines, loin de nos canons de beauté occidentaux ; par pitié, balayez ce cliché tenace et condescendant : de nombreuses femmes au mode de vie tribal n’ont pas du tout les seins qui tombent, et dans le cas inverse, les causes sont multiples, mais certainement pas liées à l’absence de soutien-gorge ! Manque d’eau, carences alimentaires, exposition au soleil, façon d’allaiter…

Revenons chez nous, où les expériences et témoignages pullulent sur le net ; les femmes qui ont passé le cap semblent unanimes : remiser son soutif ferait remonter les mamelons, raffermirait la poitrine et réduirait les vergetures. Le port du soutien-gorge, quant à lui, fragiliserait nos tétés en leur imposant une pression constante, débouchant inexorablement sur la fameuse « ptôse mammaire »,
terme scientifique pour dire qu’on a les loches dans les poches, quand ce ne sont pas des kystes qui se forment au niveau des armatures métalliques…

Sur le site freetheboobies.com, on peut entendre les témoignages de sportives de haut niveau qui ont assumé ce choix dans leur pratique sportive, avec un suivi médical. Elles disent toutes que leur poitrine s’en porte bien mieux. Si elles l’ont fait, pourquoi pas vous ?

Malignes que vous êtes, vous aurez compris que le marché de la lingerie et du soutien-gorge est juteux et représente une manne monstrueusement importante, expliquant que l’on continue à véhiculer de fausses idées sur la question.
Dites-vous juste que vos seins, rikikis, débordants, tout ronds, en pointe, aux mamelons discrets ou imposants, vos seins, donc, ne sont pas une infirmité, et ont tout ce qu’il faut pour se maintenir d’eux-mêmes !

Pourquoi pas essayer ? Si vous n’êtes pas à l’aise avec le fait que cela se voit, vous pouvez commencer le test cet hiver, plus couverte, ou adapter vos vêtements en rajoutant une veste ouverte, un foulard, pour cacher vos tétons… ? Allez les filles, on se lance, n’ayons pas froid aux… yeux !

Libérons nos tétons !!

Par Sousou

Essayer encore

Au menu : la sécheresse vaginale…

Topo … qu’il convient de différencier du « défaut de lubrification ». La première est liée à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.