Des maths autrement

En vidant mon grenier, j’ai trouvé une boite pleine de petits bâtonnets de toutes les couleurs et de longueurs différentes. Le mode d’emploi indiquait qu’il s’agissait de réglettes Cuisenaire, matériel pédagogique pour l’apprentissage des maths. Je me suis dit que ça pourrait intéresser ma copine qui fait l’instruction en famille avec ses enfants. Bingo, elle connaissait déjà, en avait et savait s’en servir. Ça m’a donné envie d’en savoir plus et de connaître les autres matériels qu’elle utilise.

Les réglettes Cuisenaire1 ont été inventées par Georges Cuisenaire, instituteur belge, au début des années 50. Les réglettes sont des bâtonnets de couleurs et de tailles différentes allant de 1 à 10 centimètres. Elles permettent d’approcher les quantités et le calcul par étapes successives. En manipulant les réglettes, l’enfant peut comparer les longueurs, les classer par ordre croissant ou décroissant, pour comprendre l’ordre des nombres, leur grandeur. Par la taille des réglettes, par exemple, l’enfant peut visualiser que 4 est plus grand que 2 mais plus petit que 5. En constituant des tapis, il comprend que deux réglettes de 2 équivalent à une réglette de 4, ou une réglette de 1 et une de 3, ou quatre de 1 (voir illustration). Un des principes pédagogiques des réglettes est l’autocorrection : avec cette méthode, on voit bien que 2 + 2 + 1, ça ne fait pas 6. Cela évite le jugement de l’autre.

Par ce système de tapis, on peut aussi visualiser les différentes opérations : addition, soustraction, multiplication et division. On peut même aller jusqu’à la compréhension des puissances. Il existe des fiches d’activités qui permettent d’utiliser ce matériel de manière progressive, en fonction des enfants.

Ma copine m’a présenté deux autres matériels qu’elle utilise avec ses enfants : Architek et Attrimaths. Le premier est surtout utilisé au Canada. C’est un lot de pièces en volume de différentes formes associés à des fiches d’activités, toujours en fonction du niveau d’apprentissage de l’enfant. On peut commencer en replaçant les formes sur un modèle à échelle 1, comme un puzzle, puis les formes des différentes pièces n’apparaissent plus. Il faut les deviner, les déduire, tester, manipuler. On peut ensuite travailler sur les équilibres en construisant en hauteur, sur la réduction avec des changements d’échelle entre le modèle à reproduire et la taille des pièces, sur le volume et les alignements.

Attrimaths permet de travailler la géométrie (forme, aire, angle), la sériation, et les fractions. Il s’agit aussi d’un ensemble de pièces de formes et de couleurs différentes (triangle, losange, carré) ayant toutes la même longueur de côté pour pouvoir les accoler les unes aux autres. Des fiches d’activités permettent d’aborder toutes ces notions de manière évolutive, toujours par la manipulation et la visualisation. Les pièces Attrimaths sont vendues dans certains magasins d’éveil, sans préciser qu’il s’agit de matériel pédagogique, et sans les fiches d’activité, téléchargeables sur Internet.

Tout ce matériel peut aussi bien être utilisé par des parents que des instituteurs, car rappelons-le, les enseignants ont la liberté pédagogique. Il est d’ailleurs possible que l’on retrouve des boîtes de réglettes au fond des vieilles armoires des écoles.

1 – http://bit.ly/2btIBKw

Par Julie Devès

Essayer encore

« Avec moi il est infernal ! »

« Elle ne parle pas en classe ? Mais c’est une vraie pipelette à la maison ! ». « Il …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.