L’éolien industriel en Corrèze

Depuis le dossier de La Trousse n°18 montrant l’éolien industriel sous différents angles, le flux énergétique a plutôt faibli pour ses promoteurs en Corrèze. Je précise que je suis adhérent de l’association Agir Autrement Pour la Xaintrie. Depuis 2013, elle construit un imaginaire qui s’oppose au projet éolien de la société EOLFI/SHELL sur les communes de Sexcles, Mercœur et Camps.

Cette expérience nous montre que des personnes culturellement très différentes peuvent s’occuper de leurs affaires sur le terrain et construire une force politique locale décisive. Dans ce qui suit, je propose un survol du département sur les ailes du milan royal… En guise d’apéro car le prochain numéro de La Trousse proposera un dossier plus fourni sur l’énergie.

Un des objectifs du fameux plan de « transition énergétique pour une croissance verte » est d’implanter des parcs éoliens industriels partout, même en Corrèze. Dans ce pays de vallées au fond desquelles demeurent des vestiges de moulins à eau, la population aurait tendance à rejeter culturellement les aérogénérateurs qu’on veut lui injecter sur les hauteurs, comme si c’était un vaccin contre le réchauffement climatique.

En 2018, le projet de Péret-Bel-Air avait été autorisé(1), celui de Saint-Priest-de-Gimel refusé(2). Fin 2020, deux nouveaux projets ont été refusé. Après tant d’années d’incertitudes pour nombre d’entre nous qui habitons dans les régions menacées, c’est un soulagement véritable. Rien n’est définitivement gagné puisque les sociétés déboutées peuvent faire appel au tribunal administratif et qu’il n’est pas impossible que d’autres projets prennent corps aux mêmes endroits.

Si vous lisez les arrêtés préfectoraux qui suivent l’avis populaire défavorable, leurs raisons de refuser ces projets sont le tourisme et la Nature. À Veix et Pradines, c’est la « valeur paysagère »(3), à Camps Sexcles et Mercœur, outre la ZNIEFF(4) et le milan royal, c’est cet « enjeu paysagé élevé »(5). La souveraineté populaire s’est-elle imposée là ? On n’en parle pas officiellement.

Restent une trentaine de projets, certains en cours d’instruction par la préfecture(6). C’est le cas à Saint-Pardoux-La-Croisille avec une mairie malheureusement favorable à la colonisation. Le 17 septembre 2020, le tribunal administratif de Limoges a annulé le permis de construire qui avait été accordé pour sept éoliennes. Du côté d’Ussel également, il y a ce projet sur les communes de Feyt et Laroche-près-Feyt pour lequel les élus se sont laissés convaincre. La lutte c’est la vie !

PROJETS ÉOLIENS EN CORRÈZE

En fonctionnement :

    • Depuis 2005 sur la commune de Peyrelevade, 6 éoliennes de 120m sont exploitées par la société MC3.

Autorisés :

    • Sur les communes de Péret-Bel-Air et Davignac, la préfecture autorise la société EnBW (Valeco) à exploiter 4 éoliennes de 178 m. (arrêté du 4 janvier 2018). Recours au tribunal administratif en cours (Cour d’Appel Administrative).

Refusés :

    • Sur la commune de Saint-Priest-de-Gimel, la préfecture refuse à la société RES d’exploiter 3 éoliennes de 200 m. (arrêté du 3 janvier 2018). RES a déposé un recours.
    • Sur les communes de Veix et Pradines, la préfecture refuse à la société Engie d’exploiter 6 éoliennes de 126 m. (arrêté du 21 octobre 2020).
    • Sur les communes de Camps-Saint-Mathurin-Léobazel, Mercoeur et Sexcles, la préfecture refuse à la société Eolfi/Shell d’exploiter 10 éoliennes de 200 m. (arrêté du 29 décembre 2020).

En cours d’instruction, à suivre activement :

    • Sur la commune de Saint-Pardoux-La-Croisille, la société Engie demande d’exploiter 7 éoliennes de 180 m. ; permis de construire accordé, annulé par le tribunal administratif, Engie a fait appel (voir l’association Agir pour le Plateau des Etangs).
    • Sur les communes de Feyt et Laroche-Près-Feyt, la société Envision Energy (Velocita) demande d’exploiter 8 éoliennes de ? mètres. Dossier déposé en janvier 2020.
    • Sur les communes de Champagnac-La-Prune et Saint-Paul, la société Partners Group (Vsb) demande d’exploiter 7 éoliennes de 180 mètres. Dossier déposé en Préfecture en mai 2017.

Fred Boutet

(1) Péret-Bel-air, vous savez, c’est ce projet qui a « les pieds dans l’uranium, la tête dans les pâles » Voir http://agirpourlaxaintrie.fr/IMG/pdf/les_pieds_dans_l_uranium.doc_.pdf 19-2018-01-04-002Arrêté préfectoral autorisant la SARL PARC EOLIEN DUPUY PERET à exploiter 4 éoliennes sur les communes de Péret-Bel-Air et Davignac (https://www.correze.gouv.fr/index.php/content/download/18644/127748/file/Raa+sp%C3%A9cial+n%C2%B0+19-2018-002+du+8+janvier+2018.pdf)

(2) Décision préfectorale du 3 janvier 2018, confirmée par le tribunal administratif de Limoges récemment https://www.eolien-en-correze.fr/saint-priest-de-gimel

(3) Arrêté de refus pour l’exploitation d’un parc éolien sure les communes de Veix et Pradines (http://vuessurlesmonedieres.fr/wp-content/uploads/2020/10/arret%C3%A9-de-refus-PEUCH-GEANT_octobre-2020.pdf)

(4)Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique. C’est un espace naturel inventorié en raison de son caractère remarquable.

(5)Arrêté préfectoral de refus pour l’exploitation d’un parc éolien sur les communes de Sexcles, Mercoeur, Camps-Saint-Mathurin-Léobazel (https://www.correze.gouv.fr/content/download/23046/151297/file/Raa+sp%C3%A9cial-19-2020-128-du+31-12-2020.pdf)

(6)Carte des projets éoliens en Corrèze, il y a celle-ci: https://www.eolien-en-correze.fr/carte-des-projets et une autre n’affichant que les projets ayant été déposés en préfecture : https://labogue.info/spip.php?article840 (balance ton éolienne – Sept. 2020)

Essayer encore

Borg Warner : « Si on avait su ! »

« Le Groupe Punch nous a informé qu’au dernier moment, malgré sa volonté et son …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.