L’imposture du libéralisme

Adams Smith : « Chaque individu met sans cesse tous ses efforts à chercher, pour tout le capital dont il peut disposer, l’emploi le plus a1vantageux ; il est bien vrai que c’est son propre bénéfice qu’il a en vue, et non celui de la société ; mais les soins qu’il se donne pour trouver son avantage personnel le conduisent naturellement, ou plutôt nécessairement, à préférer précisément ce genre d’emploi même qui se trouve être le plus avantageux à la société ».

Voilà ce qui fonde, à l’époque des Lumières, la théorie du libéralisme économique. La somme des intérêts individuels ferait société. C’est la fameuse main invisible du marché. Elle assurerait, selon Smith, une sorte de redistribution naturelle et harmonieuse. Les riches servent par leur action les intérêts de la société dans son ensemble. Les évolutions financées par ceux qui ont les moyens d’investir ne visent pas uniquement leurs intérêts propres mais ceux de tous.

Deux cent cinquante ans plus tard, plusieurs éléments contextuels, fondements inexprimés de cette affirmation, ont disparu. Le libre échange est instauré et le pétrole à bas prix permet de vendre loin du lieu de production. L’intérêt des riches est de produire à bas coût. La délocalisation est le processus qui caractérise l’époque. Le néo-libéralisme est né. La magie de la main invisible du marché s’est diluée aux quatre coins du monde. Si ce système permet d’acquérir de la haute technologie à bas coût, il ne permet plus de produire des biens fondamentaux pour assurer l’autonomie à l’échelle d’un bassin de vie.

Les intérêts des puissants se sont éloignés de l’intérêt général. Ils ne s’intéressent plus à l’individu, dans la complexité de son être. Il considère l’homo œconomicus2 , rationnel et comptable. Le mécanisme est simple : créer des besoins et les satisfaire. Une drôle de règle du jeu qui n’a que faire du vivre ensemble. Économie a perdu son sens. Elle n’est plus normes pour la maison. Si bien que nous pourrions la renommer « éco-anomie 3», par la défiance, l’impuissance et l’inégalité qu’elle produit. L’intérêt des uns s’oppose maintenant clairement à l’intérêt des autres.

Ce double constat d’un modèle économique qui ne permet plus de faire vivre un territoire et incite à ne plus considérer l’autre, inviterait à reconsidérer radicalement la proposition. Les gouvernements n’en font rien. Ils veulent maintenir l’illusion d’un système qui garantit leur pouvoir dans l’oligarchie instaurée. Ils rapiècent donc sans cesse. Dans cette rubrique, nous démonterons. Et nous n’aurons de cesse de passer au crible ces « mesures » aux noms les plus improbables. Objectif : mieux comprendre l’imposture et mieux penser les alternatives.

1 – «Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations». Publié en 1776 par l’économiste classique de référence Adam Smith (1723-1790)
2 – Cet agent qui déciderait rationnellement au mieux de ses intérêts
3 – En référence à l’anomie

par Philippe Van Assche

Essayer encore

Pacte d’(ir)responsabilité

Une belle opération marketing. On ne pouvait trouver mieux emballé – plus positif, engageant et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.